Zenith fête les 30 ans de ses prévisions d’investissements publicitaires

Pour les 30 ans des Adspends Forecasts, Zenith met en perspective les évolutions du marché publicitaire mondial

A l’occasion de la publication de la nouvelle édition des Advertising Expenditure Forecasts, Zenith célèbre les trente ans de son étude trimestrielle qui prévoit et analyse les évolutions des achats publicitaires mondiaux.

En trente ans, le marché publicitaire mondial a triplé de volume.

Publiée pour la première fois en septembre 1987 par Saatchi & Saatchi, les Advertising Expenditure Forecasts ont été repris par Zenith dès 1988. À l’époque, le marché publicitaire mondial était beaucoup plus petit – Zenith l’estimait à 187 milliards de dollars, soit un tiers du niveau actuel – et il était largement dominé par les États-Unis, qui représentaient 59% des dépenses totales, contre 35% aujourd’hui.

La naissance de la publicité sur Internet, qui concentre maintenant près de 40% des investissements publicitaires mondiaux, ne devait intervenir que sept ans plus tard.

Cependant, certaines analyses s’imposaient déjà, comme l’importance des élections américaines et des Jeux Olympiques dans la croissance des investissements publicitaires, ou comme la prévision de la croissance rapide du marché publicitaire en Asie-Pacifique et l’inquiétude autour des incertitudes économiques en Amérique latine.
Pour Pascale Miguet, Présidente de Zenith, « cette édition met en perspective les tendances actuelles du marché publicitaires mondiales avec les transformations passées. Elle est représentative de la volonté de Zenith de toujours mieux comprendre et analyser les enjeux des médias pour nourrir l’efficacité que nous délivrons chaque jour à nos clients ».

Résultat de recherche d'images pour "publicité"
Des prévisions légèrement révisées :

Dans cette nouvelle édition, Zenith révise ses prévisions pour l’année 2017 en corrigeant de 4,2% à 4,0% la croissance des investissements publicitaires mondiaux, à 558 milliards de dollars à la fin de l’année.

Cette baisse s’explique notamment par des investissements publicitaires qui tardent à suivre l’amélioration du climat économique dans la zone euro, par un marché mexicain de la télévision décevant et par des performances atones en Thaïlande (la longue période de deuil pour le roi Bhumibol Adulyadej a entraîné une deuxième année de déclin) et en Malaisie.

Ces déceptions ont été cependant en partie contrebalancées par une solide croissance des investissements au Canada et par le retour à une pleine croissance des investissements en Russie après le crash du prix du pétrole et l’imposition de sanctions commerciales.

Vous devriez apprécier